« La poétique diplopique d’une étoile double », Catherine Pomparat

 

 

« Approchez-vous d’une étoile et vous voilà au soleil. Ne vous en approchez donc que si vous avez l’âme
(et le corps) assez humide, que si vous disposez d’une certaine provision de larmes, si vous pouvez supporter une certaine déshydratation (momentanée) : cela vous sera revalu. En pluie apaisante. »
Francis Ponge, Le soleil placé en abîme, Pièces, Gallimard, Poésie, 1962, p. 152

« Eh bien voilà, dit Boustrophédon en entrant dans le salon de musique, c’est là que ça se passe ! » Son regard circulaire balaie l’espace et semble à la fois trouver et chercher encore une chose à la fois visible et invisible.
The Thing to Do serait d’écouter les formes du silence mais le son profond de la trompette de Blue Mitchell répand un flux de tonalités binaires dont la chaude intensité ne peut pas être dominée. Poursuivre la lecture

« Xavier Rèche : Bouillir &. » Christophe Massé

Pièce d'ébullition10

«  J’ai connu des vaisseaux faits avec des arbres morts qui survivaient à des vies d’hommes taillés dans la meilleure étoffe de vie. » Hermann Melville.
Improduction/introductivité.

Aujourd’hui empruntant le petit chemin qui traverse le faubourg, nous nous rendons chez le répliquant. Je dis nous pourtant je suis tout seul. Nous : l’autre et moi. L’autre, celui qui fait de moi dans la chevauchée vers des histoires ; un qui s’intéresse. Alter ego, âme damnée.

Poursuivre la lecture

« A l’infini », Delphine Costedoat

GrillesCages9« L’espace, dans son infinie densité, détient enchâssées en lui toutes les possibilités. C’est un trou noir, la mesure fondamentale. Développer un concept nécessite de se frayer un chemin à partir de ce trou.
Chaque fil conducteur a sa propre histoire – nous pouvons la tenir à l’écart ou l’étirer ou la plier à notre créativité. Quoi que nous fassions, le fil conducteur conservera son mystère irrésolu, son caractère irrationnel demeurant une intrigue insoluble. Et ce fil est un négatif, un concentré de cette matrice totale fondamentale.
»
Cecil Balmond, Informal, éd. Prestel, 2002

Poursuivre la lecture